Jardin forêt "Jardin sauvage - Wild garden - What I Love Doing"

<Index latinSommaireIndex français>

Environnement / Quels intrants ?

2 photos issues du jardin. L'icône sur certaines images indique la possibilité de voir les zooms disponibles (clic) dans une nouvelle fenêtre accompagnée d'une fenêtre de navigation.

Contraste

Il n'y a aucun apport d'intrants autre que des apports de matières organiques et les semences et plants. Ils peuvent venir de l'extérieur de l'exploitation éventuellement, mais en quantités limitées et de bonne constitution sanitaire pour éviter les toxicités éventuelles pour la faune et de la flore, en premier lieu, et pour la consommation des produits de cette forêt jardin (fumiers, lombricompost, guano, cendres, BRF, terreaux, déchets organiques).

L'air, l'eau et les minéraux nécessaires à une bonne croissance des végétaux et à l'entretien de la faune qui traverse ce milieu, proviennent essentiellement du recyclage naturel qui s'installe : les arbres en remontent des horizons les plus profonds et participent au drainage et à l'humidification ambiante ; les racines mortes participent à leur réenfouissement et à l'amélioration de la structure du sol grâce notamment aux associations avec des mychorises ; les galeries et fractures du sol participent à entretenir ces cycles tout en limitant les érosions.

Le dosage trop fort des amendements les plus performants (fumiers, guanos, lombricompost) peut aboutir à des brûlures, la disparition des vers de terre où une multiplication spectaculaire des orties par exemple. Freinez alors ses apports qui fragiliseront inévitablement vos cultures à un tel niveau.

Pas de compostage préalable, uniquement la conception (sur place - il est inutile de multiplier les déplacements sur une grande parcelle) de mélanges fumiers-fibres-terres visant à mieux équilibrer les apports.

Pas d'enfouissement de ces amendements afin de ne pas perdre l'avantage du non-travail du sol et de laisser faire la nature. Des matières organiques enfouies trop profondément peuvent se "fossiliser" dans les terres travaillées qui les assimilent mal en l'absence de suffisamment d'oxygène et de consommateurs. Il n'est pas nécessaire de composter les apports organiques au préalable : la transformation en terreau se fait au niveau de la liaison sol/apports.

La perte d'azote de ces amendements due au non-enfouissement sera minime si les apports sont mixtes (fibres + fumure). Une légère couche de gravier, sable, terreau ou BRF peut être épandue en surface pour préserver l'aspect esthétique avant que les feuillages recouvrent tout.

4 m3 de fumier apportés sur les massifs en 2017.
<Index latinSommaireIndex français>

Site réalisé en PHP/XML/XSL/AJAX/JAVASCRIPT/CSS3,
conçu, rédigé, illustré et hébergé par Laurent Fauveau (collections personnelles).