Jardin forêt "Jardin sauvage - Wild garden - What I Love Doing"

<Index latinSommaireIndex français>

Techniques culturales / Zéro travail du sol

2 photos issues du jardin.

0 travail du sol c'est : pas de labour, pas de retournement de terres, le moins d'arrachages de plantes possibles, pas de déplacements de terres et enfin pas d'ajouts chimiques perturbants.

chevelu racinaire sous résidus végétaux

Si nous ne travaillons pas le sol, c'est que nous pensons que la flore et la faune du sol, peu appréhendées encore, font un meilleur travail que la charrue ou même les techniques culturales simplifiées d'adoption plus récente. Il faut donc minimiser les perturbations des systèmes qui s'installent progressivement : des kilomètres de réseaux de galeries, cavités, fissures, racines, mycorhizes et des millions d'organismes vivants etc...

galeries

D'autre part, l'équilibre du sol est relativement fragile. Par exemple, si vous injectez de l'urée, une forte dose d'azote, vous êtes en contradiction avec les systèmes de fonctionnement des organismes qui assurent déjà un apport d'azote aux plantes : le plus connu des apports naturels d'azote aux plantes est l'exploitation de l'azote de l'air du sol par les légumineuses aidées de nodosités au niveau des racines. Un apport d'urée fera beaucoup de dégâts en brûlant des organismes en premier lieu. Ensuite, il déclenche une croissance accélérée de la plante sans tenir compte de son équilibre naturel, et la fragilise car elle ne disposera pas des mêmes défenses : elle n'est pas "équipée" pour. Elle a besoin d'autres minéraux ou d'autres collaborations pour se développer correctement. Il faudra donc la traiter préventivement contre les attaques de maladies et ravageurs, ravis de cette opportunité. Un moyen de ne pas rompre cet équilibre mais au contraire de le favoriser est de stimuler son fonctionnement avec les matières organiques qu'il utilise et qui le font vivre naturellement.

<Index latinSommaireIndex français>

Site réalisé en PHP/XML/XSL/AJAX/JAVASCRIPT/CSS3,
conçu, rédigé, illustré et hébergé par Laurent Fauveau (collections personnelles).